Image113.jpg (65130 octets)signaturelogo.jpg (11732 octets)

 

 

 

 

"Victor Hugo et les Droits de l'Homme"

               journal n° 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               

En hommage au rayonnement universel et humaniste de l'œuvre de Victor Hugo, le Président Ikeda a fondé la Maison Littéraire, en précisant dans son discours inaugural, le 21 juin 1991 : " Un combattant des mots. Je ne connais personne à qui ce qualificatif convienne mieux qu'à Hugo. (...) Aucun des maux de ce monde, la pauvreté, l'injustice, le manque de liberté de la presse, l'inégalité des droits politiques, la peine de mort, n'échappèrent à ses yeux de justicier. "1.

C'est dans la continuité de la mission confiée par son fondateur, que la Maison Littéraire, a souhaité illustrer le combat permanent mené par Victor Hugo pour les Droits de l'Homme.

Déjà, il y a plus d'un siècle, Victor Hugo dénonçait le génocide dans un pays qui s'appellera l'"Ex-Yougoslavie", en ces termes prémonitoires : " Il devient nécessaire d'appeler l'attention des gouvernements européens sur un fait tellement petit, à ce qu'il paraît, que les gouvernements semblent ne point l'apercevoir. Ce fait, le voici : on assassine un peuple. Où ? En Europe. Ce fait a-t-il des témoins ? Un témoin, le monde entier. Les gouvernements le voient-ils ? Non. 

(…) Ce qui se passe en Serbie démontre la nécessité des Etats-Unis d’Europe. Qu’aux gouvernements désunis succèdent les peuples unis. Finissons-en avec les empires meurtriers. Muselons les despotismes et les fanatismes. Brisons les glaives des superstitions et les dogmes qui ont le sabre au poing. Plus de guerres, plus de massacres, plus de carnages ; libre pensée, libre échange ; fraternité. Est-ce donc si difficile, la paix ? " 2

Cette nouvelle exposition évoque toutes les facettes de son combat pour la reconnaissance et le respect des Droits de l'Homme. A cette occasion de nombreuses pièces, de la collection privée de la Maison Littéraire, sont présentées pour la première fois au public.

Le 17 juillet 1851, devant l'Assemblée Législative, il synthétisait sa conception des Droits de l'Homme d'un trait fulgurant qui rejoint l'esprit du fondateur : " Le premier peuple du monde a fait trois révolutions comme les dieux d'Homère faisaient trois pas. Ces trois révolutions qui n'en font qu'une, ce n'est pas une révolution locale, c'est la "révolution humaine" ; ce n'est pas le cri égoïste d'un peuple, c'est la revendication de la sainte équité universelle, c'est la liquidation des griefs généraux de l'humanité depuis que l'histoire existe ; c'est, après les siècles de l'esclavage, du servage, de la théocratie, de la féodalité, de l'inquisition, du despotisme sous tous les noms, du supplice humain sous toutes les formes, la proclamation auguste des Droits de l'Homme. " 3

Victor Hugo se définissait comme un homme de l'idéal, mais conscient du temps nécessaire à sa mise en œuvre, tel fut son combat d'écrivain et d'homme public. Grâce à cette exposition nous souhaitons faire partager, avec le public, son souffle épique et visionnaire.

 

1 Daisaku Ikeda, discours d'inauguration de la Maison Littéraire de V. Hugo, le 21 juin 1991.

2 Victor Hugo; Actes et Paroles, Après l'Exil, discours pour la Serbie, le 29 août 1876.

3 Victor Hugo; Actes et Paroles, Avant l'exil, Assemblée législative, le 17 juillet 1851

 

 

jvhdroitshomme.JPG (34055 octets)

 

 

(c)  Maison Littéraire de Victor Hugo .   Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction pour tous pays.